Tout le monde parle de l’aïl des ours, mais qu’a-t-il de particulier par rapport à l’aïl en gousse ? C’est ce que  cet article va vous apprendre !

Allium Ursinum, ou aïl des ours, toujours est-il que l’homme le connaît et l’apprécie depuis l’Antiquité tant pour ses vertus gustatives que pour les vertus médicinales dont il recèle : les Celtes et les Germains le connaissaient déjà. On en retrouve des traces au Néolithique. C’est aussi une plante qui a été utilisée dans al magie blanche. C’est de l’aïl sauvage qui apparaît au printemps, au moment ou l’ours sort de sa caverne et de son sommeil hivernal. Très riche en vitamine C ce qui en fait un tonique,  c’est aussi un dépuratif d’un de nos 5 émonctoires majeurs, à savoir la peau. Comme l’aïl en gousse, il est utile aussi dans les problèmes cardiaques puisqu’il a un effet hypotenseur, il est vermifuge, c’est aussi un antiagrégant plaquettaire. Il a des proprités antifongiques (en particulier contre le candida albican), antibactérien, antiviral et antioxydant.

Il se présente sous la forme de 2 grandes feuilles lesquelles froissées sentent l’aïl.

Si vous en ramassez dans nos sous-bois, faites très attention à ne pas confondre ses feuilles avec celles du muguet ou du colchique, qui elles sont toxiques.

Résultat de recherche d'images pour "âïl des ours"