Ah voilà un focus dont je rêvais depuis un an ! Quand on passe à une alimentation de type hypotoxique, il y a certains plats dont on doit se passer. Autant le faire entièrement pour éviter de craquer. Et quand on devient à l’aise, voir très à l’aise avec cette alimentation, on « fouine » à la recherche de recettes qui nous rendaient heureux, pour pouvoir les faire autrement. C’est le cas du boudin blanc. Mais d’où vient un des mets très répandu de nos tables de fêtes ?

Car le boudin a une histoire qui remonte au Moyen- Âge. A l’époque le boudin ne ressemblait pas à ce qu’on consomme aujourd’hui, mais on servait une sorte de bouillie pour les réveillons, faite à base de lait. Mais la recette comme nous la connaissons aujourd’hui est beaucoup plus récente : en effet, c’est au XVIIème siècle que le boudin blanc prend forme. En 1892, dans un écrit on apprend qu’un cuisinier qui voulait se simplifier la vie a décidé de ne plus servir cette bouillie, mais de la mettre dans un boyau. Et voilà donc comment notre boudin est né !

Le boudin blanc est une préparation charcutière faite à partir de viandes blanches : volaille, veau, maigre de porc. On l’aromatise avec des petits légumes, de l’alcool, des champignons. On le sert généralement avec une sauce. S’il est vrai que c’est un plat festif, il n’empêche qu’on le trouve toute l’année dans les rayons des grandes surfaces…sauf que celui-ci, nous n’y avons pas droit ! Alors, pourquoi ne pas apprendre à le faire ?